Les échanges entre l'audioprothésiste et l'orthophoniste

Une fois le diagnostic établi pour l’enfant, l’ORL va préscrire à la fois l’appareillage de l’enfant mais aussi les séances de rééducation avec l’orthophoniste.

L'orthophoniste voit très régulièrement l'enfant malentendant, deux à trois fois par semaine et durant de longues années.

Ce professionnel de santé participe activement à l’éducation prothétique dès le début de l'appareillage réexpliquant aux parents comment mettre la prothèse en place, comment vérifier son fonctionnement, comment l’entretenir et se familiariser avec.

Il fera rapidement ses premières observations sur les réactions auditives de l'enfant appareillé et la modification de son comportement.

L'orthophoniste analysera par la suite si la boucle audiophonatoire se met en place (je m'entends parler et je fais des essais avec ma voix).

Il est possible que l’enfant ait des inconforts sur le plan acoustique voir physique.

L’orthophoniste va donner des indications à  l'audioprothésiste pour lui permettre d’affiner le réglage ou encore réajuster certaines fréquences pour obtenir  des indices supplémentaires de la parole ou de modification du timbre de la voix.

Les échanges réguliers entre l'orthophoniste et l'audioprothésiste sont indispensables afin d’harmoniser le discours et éviter de  déstabiliser la famille.

Il n'est pas rare que l'audioprothésiste demande à l'orthophoniste de travailler le conditionnement de l'enfant en éducation auditive (j’entends donc je jette un jeton) pour que celui-ci soit réutilisé pour le bilan prothétique. La demande peut être aussi d'acquérir en priorité certains mots utilisés dans l'audiométrie vocale chez l'enfant qui a peu de vocabulaire.

L’audioprothésiste et l’orthophoniste accompagnent les parents dans toutes les phases de l’appareillage mais aussi dans les périodes de doutes ou de prises de décision.

Cette collaboration est indispensable dans la mesure où la prise en charge de l'enfant malentendant est une grande responsabilité et qu'elle devient de plus en plus précoce avec  la mise en place du diagnostic néonatal.

Tous ces efforts doivent converger vers un même but : la socialisation de l'enfant malentendant. Il s’agit d’améliorer la communication et les échanges avec ses camarades en le faisant progresser avec des spécialistes de qualité  dans un climat de confiance.

Partagez ce contenu via :